Le cannabis améliore-t-il les performances des athlètes ?

In: Root On: Commentaire: 0 Hit: 118

L'Agence mondiale antidopage n'arrive pas à se défaire de la folie des joints.

Les athlètes peuvent toujours profiter de leur "cannabis intérieur", comme on appelle les endocannabinoïdes. C'est la base de l'euphorie du coureur. Mais lorsqu'il s'agit d'herbe, de weed ou d'extraits de la plante de cannabis, les athlètes olympiques et les participants à des centaines d'autres organisations sportives dans le monde doivent encore faire attention. En septembre, l'Agence mondiale antidopage (AMA) a décidé que le THC resterait interdit pendant les compétitions et à des niveaux dans l'urine qui indiquent une utilisation fréquente en dehors des compétitions.

Dans le même temps, un article paru dans le numéro de septembre de l'Internal Medicine Journal conclut que le THC n'améliore pas les performances aérobies et la force ; au contraire, il les altère. Il existe également de nombreuses preuves, bien sûr, que le THC et d'autres cannabinoïdes végétaux soulagent la douleur et l'inflammation, favorisent la neurogenèse, favorisent le sommeil, stimulent l'appétit et réduisent le stress - tout cela fait que le cannabis et ses produits semblent faits sur mesure pour la récupération sportive.

Mais l'utilisation fréquente de cannabis riche en THC après l'exercice pourrait tout de même déclencher un échec au moment du contrôle et entraîner une suspension d'au moins un mois, même si l'athlète peut établir définitivement que la consommation de THC a eu lieu hors compétition et n'avait pas pour but d'améliorer les performances sportives (ce qui, encore une fois, semble peu probable au départ). Que doit donc faire un athlète de haut niveau ?

Stigmatisation de l'usage du THC

En réponse à la demande d'un "petit nombre de parties prenantes" de reconsidérer le statut non grata du THC, l'AMA a lancé un examen officiel l'année dernière. Mais lors d'une récente réunion à Sydney, en Australie, le Comité exécutif de l'agence, composé de 14 membres, dont des athlètes et d'autres représentants du sport du monde entier, a décidé que le THC resterait sur sa Liste des substances et méthodes interdites dans un avenir prévisible.

Pour être incluse dans la liste des interdictions, une substance doit répondre à au moins deux des critères suivants : 1) Elle a le potentiel d'améliorer la performance sportive ; 2) Elle représente un risque pour la santé de l'athlète ; et 3) Elle viole l'esprit du sport.

Dans une déclaration annonçant la décision, l'AMA a noté que son Groupe consultatif d'experts en éthique "continue de considérer que l'usage du cannabis, à l'heure actuelle, est contraire à l'esprit du sport dans un certain nombre de domaines" - une affirmation non scientifique qui sent certainement la stigmatisation.

Quant aux deux autres critères, ils ne sont pas précisés. Mais un article paru en 2011 dans la revue Sports Medicine suggère que l'agence considère le cannabis comme potentiellement dangereux "en raison de l'augmentation de la prise de risque, du ralentissement du temps de réaction et de la faiblesse des fonctions exécutives ou de la prise de décision." Cela semble contredire directement la notion selon laquelle le THC confère un avantage injuste, mais rien n'indique encore que l'agence accepte les dernières données scientifiques concluant que le THC n'améliore pas les performances.

Échappatoires, limites et pièges

Heureusement pour les athlètes qui espèrent toujours exploiter les bienfaits thérapeutiques du cannabis sans craindre d'être punis, il existe des options. Tout d'abord, le CBD lui-même est autorisé. En 2019, l'AMA a exempté le composé cannabinoïde non intoxicant, anti-inflammatoire et antidouleur de son interdiction générale du pot et des cannabinoïdes synthétiques. Mais le CBD seul n'est pas aussi efficace pour soulager les douleurs que lorsqu'il est associé au THC, une conclusion soutenue par une analyse récemment publiée de 18 essais randomisés et contrôlés par placebo.

Il est donc intéressant de noter que le métabolite THC, le THC-COOH, est techniquement autorisé dans les échantillons d'urine à des niveaux inférieurs à 150 ng/ml, un seuil destiné à servir d'indicateur d'intoxication aiguë ou d'usage chronique. Dans une étude de 2007, des non-consommateurs ayant fumé un seul joint de faible puissance (3,5 % de THC) ont dépassé 150 ng/mL dans l'urine pendant quelques heures, ce qui suggère que chez les utilisateurs naïfs et peu fréquents, la limite fixée par l'AMA peut effectivement être un indicateur raisonnable de l'intoxication actuelle.

Mais chez les utilisateurs réguliers, cette approche pourrait produire de faux positifs. Les cannabinoïdes, et en particulier le THC-COOH, sont séquestrés dans les dépôts de graisse de notre corps, qui sont ensuite lentement libérés dans la circulation sanguine. Par conséquent, il est concevable qu'un consommateur fréquent de cannabis puisse encore être testé à plus de 150 ng/ml quelques jours après sa dernière consommation, bien qu'il soit subjectivement "sobre".

Le cannabis et le sport

Pour les athlètes d'élite, le bilan reste un peu flou. Les avantages du THC et du CBD pour réduire l'inflammation, traiter la douleur, soulager le stress, favoriser le sommeil, stimuler l'appétit et même se remettre d'une lésion cérébrale traumatique, font du cannabis un remède et un prophylactique attrayant - et de plus en plus populaire là où il est autorisé (si ce n'est totalement légal), notamment dans la National Football League et la National Basketball Association des États-Unis.

Mais pour les athlètes des organisations sportives alignées sur l'AMA dans le monde entier, la consommation de cannabis en dehors du terrain peut encore faire dérailler une carrière, comme ce fut le cas pour Sha'Carri Richardson, la star de l'athlétisme bannie des compétitions olympiques américaines parce qu'elle a été contrôlée positive à l'herbe. Plus problématique encore, les athlètes courent le risque d'un contrôle raté si leur consommation est trop fréquente ou s'ils ne s'arrêtent pas assez tôt avant le contrôle - des facteurs qui n'ont rien à voir avec l'affaiblissement des facultés ou les performances pendant la compétition. Pourtant, ces incertitudes pourraient suffire à empêcher de nombreux participants à ces organisations d'intégrer le THC dans leur régime de récupération.

Malgré sa récente décision, un futur changement d'avis n'est pas à exclure, a déclaré le directeur général de l'AMA, Olivier Niggli, dans un communiqué : "[L'agence] prévoit de poursuivre les recherches dans ce domaine en relation avec les effets potentiels du THC sur l'amélioration des performances, son impact sur la santé des athlètes, et aussi en relation avec les perceptions du cannabis par les athlètes, les experts et d'autres personnes dans le monde."

Source : Projectcbd.org

Commentaire(s)

Laisser un commentaire